Translocation chromosomique

Le traitement des cancers par des agents alkylants ou des inhibiteurs de topo-isomérases peut conduire au développement de syndromes myélodysplasiques et de leucémies myéloïdes aiguës.

Sur le plan cytogénétique, les agents alkylants, comme le melphalan et le cisplatine, induisent principalement des dommages au niveau des chromosomes 5 et 7, alors que ceux induits par les inhibiteurs de la topo-isomérase II touchent essentiellement les chromosomes 11 et 21. Les réarrangements du gène MLL en 11q23 sont très fréquents dans les leucémies aiguës myéloïdes et lymphoïdes ainsi que dans les hémopathies secondaires à une chimiothérapie par des inhibiteurs de la topo-isomérase II, en particulier les épipodophyllotoxines.

Un lien de cause à effet entre le traitement par le téniposide ou l’étoposide et l’apparition des translocations du gène MLL a désormais été clairement mis en évidence. Les bases moléculaires potentielles des réarrangements chromosomiques impliquant la topo-isomérase II et ses inhibiteurs sont discutées. La nature chimique des inhibiteurs, leur mécanisme d’action et les gènes ciblés par ces agents sont présentés. Les cassures de l’ADN induites par les inhibiteurs de la topo-isomérase II eux-mêmes ou par le processus d’apoptose qu’ils engendrent sont directement responsables des anomalies chromosomiques et contribuent à la leucémogenèse.



http://www.john-libbey-eurotext.fr/articles/bdc/85/3/254-61/fr-resum.htm