Handicap-Richesse hors normes...

Intégrer l’enfant dans la famille et la société !

«J’ai pris mon courage à deux mains et j’ai accepté mon enfant trisomique à par entière, il est devenu « notre norme». Je fais donc tout avec lui comme toutes les autres mamans. Cela m’a permis de m’épanouir pleinement et de vivre ma maternité dans la joie. Mes amies ont appris à gérer cette situation qui est devenue réellement «normale». Une prise en charge délicate empreinte de respect, autant pour la mère, le père que pour l’enfant, permet, dans un dialogue de confiance, d’intégrer l’enfant « hors norme » dans la vie d’une famille qui doit (re)-trouver sa place dans la société. En encourageant le plus souvent possible l’enfant à «faire comme les autres», une intégration dans un circuit scolaire – parfois même dans les classes normales» - est envisageable. Collaborer avec un service éducatif itinérant peut s’avérer très positif – à voir avec votre pédiatre.

La joie, un défi ?

Pour un enfant, être heureux signifie tout d’abord être accepté, respecté et aimé. L’amour jette des ponts et peut même effacer la différence. L’aimer tel qu’il est, sans référence à une «norme de qualité» permet à la famille de vivre, de se mettre à son rythme. L’enfant peut ainsi évoluer en harmonie avec ses dons et les parents peuvent se réjouir de chaque petit pas, de la moindre évolution qui devient signe d’espoir et permet d’affronter l’avenir, parfois incertain et inconnu...

Echanger ses expériences avec d’autres familles touchées par un handicap permet à la famille de se sentir moins seule et de mieux vivre les difficultés qu’elle rencontre au quotidien

Lettre d’une maman à son enfant handicapé :

Ta maman

La deuxième fois que tu es venu dans mes bras, je t’ai donné mon amour. C’était environ huit heures après ta naissance. Dès la première minute de ta vie, j’ai su que tu étais porteur du Syndrome de Down. Interpellée, j’ai réfléchi toute la nuit. Le « pourquoi » est devenu « pourquoi pas ? » et, jusqu’à aujourd’hui, tu n’as cessé de m’étonner et de m’apprendre énormément...

Julieta Minder, Association INFO H, Berne